JM. Petit*a (Pr), J. Boursier*b (Pr)

a Service d'endocrinologie CHU DIJON, Dijon, FRANCE ; b service d'hépatologie CHU d'Angers, Angers, FRANCE

* JeBoursier@chu-angers.fr

La NAFLD (Non-alcoholic fatty liver disease) est une pathologie qui peut évoluer de la stéatose simple à la stéatohépatite avec fibrose pouvant aller jusqu’à la cirrhose. Diverses atteintes endocrines sont susceptibles de favoriser le développement de la NAFLD et de ses complications. A côté du diabète, L’hypogonadisme, l’hypothyroïdie, l’hypercorticisme, ou la déficience en GH par exemple sont des pathologies endocriniennes également associées à la NAFLD. Il est important que les endocrinologues connaissent cette complication hépatique et la recherchent en présence de certaines pathologies endocriniennes. L’évaluation de sa sévérité repose principalement sur l’estimation du niveau de fibrose hépatique. De nombreux tests sont actuellement disponibles pour le diagnostic non-invasif de la fibrose hépatique, essentiellement les tests sanguins et l’élastographie. Il existe des tests sanguins « simples » (exemple : FIB4) incluant des marqueurs disponibles en pratique courante et facilement calculables à l’aide de sites web ou d’applications smartphone. Les appareils d’élastométrie permettent de mesurer la dureté du foie en avec un résultat immédiat en quelques minutes au lit du patient. La combinaison de ces tests dans des algorithmes séquentiels « à étapes » permet de définir un véritable « parcours patient ». Un dépistage de la fibrose hépatique avancée avec les tests non-invasifs va avoir encore plus de sens avec l’arrivée très prochaine sur le marché des traitements de la NASH. De plus, en présence d’une NAFLD, le diagnostic et le traitement de ces pathologies endocriniennes pourraient avoir un impact favorable sur le développement des complications de la NAFLD.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt.