POP-032

P. Consolandia (Dr), V. Pascala (Dr), C. Samhanib (Mme), C. Larosec (M.), P. Bohma (Dr), M. Kleinb (Pr), B. Guercib (Pr), B. Leininger-Mullerd (Pr), O. Zieglerb (Pr), E. Feigerlova*e (Dr)

a Service d'endocrinologie, diabétologie et nutrition, CHRU Nancy, Nancy, FRANCE ; b Service d'endocrinologie, diabétologie et nutrition, CHRU Nancy, Faculté de Médecine, Université de Lorraine, Nancy, FRANCE ; c Service d'urologie, CHRU Nancy, Faculté de Médecine, Université de Lorraine, Nancy, FRANCE ; d Faculté de pharmacie, Université de Lorraine, Nancy, FRANCE ; e Service d'endocrinologie, diabétologie et nutrition, CHRU Nancy, Faculté de Médecine,INSERM UMR_S 1116 - DCAC, Université de Lorraine, Nancy, FRANCE

* eva.feigerlova@univ-lorraine.fr

Contexte: L’évolution du tissu adipeux viscéral (TAV) et sa répercussion clinique sont peu étudiées chez les personnes transgenres sous traitement hormonal (TH) du sexe opposé.

Objectif: Analyser le TAV, composition corporelle et paramètres métaboliques chez les sujets transgenres non obèses un an après l’introduction du TH en comparaison aux sujets témoins

Méthode: 28 hommes transgenres (FtM) (âge moyen 24+/-3 ans) ont été comparés avec 24 sujets contrôles de même sexe de naissance (âge moyen 22+/-5 ans), et 16 femmes transgenres (MtF) (âge moyen 33+/-9 ans) ont été comparées avec 30 sujets contrôles de même sexe de naissance (âge moyen 28+/-10 ans).

Résultats: Chez les sujets FtM, la quantité du TAV (P =0.007), les rapports TAV/masse grasse (MG)% (P=0.003), MG androïde/gynoïde (P=0.0006), MG tronc/membres (P = 0.001), acide urique (P< 0.001) et triglycérides (P< 0.01) sont plus élevés, et HDL est plus bas (P= 0.02) que chez les sujets contrôles. Il existe une corrélation positive entre le rapport TAV/MG% et l’acide urique (rs= 0.41, P= 0.03), entre TAV/MG% et triglycérides (rs= 0.38, P= 0.04), et entre TAV et triglycérides (rs= 0.43, P= 0.02). Aucune différence significative n’a été observée chez les sujets MtF en comparaison aux contrôles.

Conclusions: Les sujets FtM non obèses sous TH ont le TVA et TAV/MG% significativement plus élevés que les sujets contrôles. Ces modifications sont associées à une augmentation de l’acide urique et triglycérides et peuvent être à l’origine d’un risque cardiométabolique.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt.