POP-015

N. Christou*a (Dr), M. Mathonneta (Pr)

a CHU, Limoges, FRANCE

* christou.niki19@gmail.com

Introduction

Le lithium, utilisé comme thymorégulateur au long cours, engendre une hyperparathyroïdie chez 10% des sujets (Balandraud et al, 2001) ; elle imposera un traitement chirurgical dans moins de 5% des cas (Awad et al, 2003).

L’objectif principal de notre étude a été de suivre, le devenir osseux au long cours, des sujets opérés d’hyperparathyroïdie litho induite (HPLI).

Matériel et Méthodes

Nous avons réalisé de janvier 2002 à Décembre 2010, une étude descriptive observationnelle prospective, s’intéressant à tous les sujets opérés d’HPLI.

90% ont gardé leur lithothérapie en postopératoire.

L’influence sur le métabolisme osseux de la chirurgie parathyroïdienne des sujets ayant une HPLI a été évaluée en pré, per, postopératoire immédiat, à 3 mois, 12 mois et à la date de point (03/2012) sur des critères cliniques (critères NIH), biologiques et ostéodensitométriques.

Résultats

Sur 10 patients, plus de 80% étaient symptomatiques en préopératoire, avec forte prévalence d’atteinte multiglandulaire.

En postopératoire, tous les critères cliniques NIH étaient normalisés, de même que le bilan phosphocalcique. Cependant, la PTH et le calcium restaient élevés. A 3, 12 mois, et à la date de point, 1/10 patient gardait une PTH inadaptée à la calcémie. Le découplage crosslaps-PAO était assez important, marqué par un moindre ralentissement de la résorption osseuse (crosslaps 47%). Toute la cohorte présentait une ostéoporose sur au mois un site.

Discussion

Même après normalisation du bilan phosphocalcique, le caractère litho-induit d’une HP impose une surveillance prolongée du métabolisme osseux en raison d’une résorption osseuse persistant un an après le traitement chirurgical.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt.