CO-019

C. Richa*a (Dr), H. Haidarb (Dr), M. Dupeuxc (Dr), JF. Papond (Pr), B. Lamberte (Dr), S. Salenavea (Dr), J. Younga (Pr), P. Chansona (Pr), S. Trabadob (Dr), L. Maionea (Dr)

a Service d'Endocrinologie et Maladies de la Reproduction, Centre Hospitalier Universitaire de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, FRANCE ; b Service de Génétique Moléculaire, Pharmacogénétique et Hormonologie, Centre Hospitalier Universitaire de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, FRANCE ; c Service d'Anatomie et Cytologie pathologiques, Centre Hospitalier Universitaire de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, FRANCE ; d Service d'Oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale, Centre Hospitalier Universitaire de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, FRANCE ; e Service de Chirurgie générale et digestive, Centre Hospitalier Universitaire de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, FRANCE

* carine.richa@aphp.fr

Objectif. Mise au point et évaluation des performances du dosage de PTHis dans le liquide de lavage de cytoponction chez les patients avec hyperparathyroïdie.

Patients/méthodes. Les cibles échographiques de 121 patients (85 femmes, âge moyen(±DS)=58±18ans, PTH=309±376ng/L, calcémie=2,84±0,26mmol/L) ont été ponctionnées entre 2016 et 2020. Par ailleurs, afin de vérifier l’absence de faux positifs, la PTHis a été mesurée dans du tissu thyroïdien de 13 patients ayant des taux circulants de PTH très élevés (HPT3, 614-1918ng/L). Le coefficient de variation (CV) a été calculé après quatre cycles de décongélation.

Résultats. L’hyperparathyroïdie était primaire chez 78% de patients (dont adénome sporadique(68%), hyperplasie(26%), NEM1(5%), HRPT2(1%)), et tertiaire chez 22%. Les lésions mesuraient 15±7,8mm (extrêmes: 5-53), et leur volume était de 0,89±1,35mL (0,03-7,7). La PTHis moyenne était de 2347±4131ng/L (15-31140) dans le liquide d’aspiration des cibles, et indétectable(<4,6ng/L) dans le tissu thyroïdien des témoins et des patients HPT3. La PTHis a pu confirmer la nature parathyroïdienne chez 36 patients avec imagerie discordante (n=31) ou avec lésion cervicale indéterminée (n=5). La PTHis corrélait faiblement avec la PTH sérique (p=0.029, r=0.23), mais pas avec la taille et le volume des cibles, la calcémie et le type d’hyperparathyroïdie. Le CV après décongélation était <13%. Le taux d’apparition d’hématomes était similaire à celui de 561 témoins ayant eu une cytoponction thyroïdienne (5,0% versus 3,6%,p=0,44).

Discussion. La détermination de la PTHis est une procédure utile, fiable, stable et bien tolérée. Ce geste peut être proposé chez les patients dont l’imagerie est discordante ou en cas de lésion cervicale indéterminée.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt.